Je pensais arriver en terre bourgeoise à la vue des maisons de ville magnifiques pas très loin de la clinique de la colline et des immeubles cossus (souvent pas très heureux d’ailleurs) du plateau de Champel, quand je crois apercevoir un squat sur la route des Crêts de Champel. Bizarre…

Une fresque en partie taggée, des peace and love sur la boite aux lettres, aux fenêtres et sur des volets et surtout une grande ferme dont on ne sait pas vraiment si elle est laissée en désuétude, sans oublier un grand chalet en bois dans le jardin… voilà de quoi laisser sous-entendre qu’il y a de l’occupation officieuse.

Et bien pas du tout car renseignements pris auprès des vieux de la vieille du quartier : ce sont les propriétaires mère et fille qui habiteraient ici, feraient la déco un poil hyppie du lieu et auraient commandé elles-mêmes la fresque puisque le mur était souvent taggé à la sauvage. Du coup, on y retrouve des cochons peints qui nous renvoient à l’époque où des porcs étaient élevés dans la ferme, et surtout met en avant le patriarche de la famille! Bel hommage inattendu…

Je poursuis ma route dans le quartier et me voilà face à cet immeuble, comment dire, envahi par le lierre! A croire que les murs végétaux sont du réchauffé. Et puis, voir quelquechose de non maitrisé dans ce quartier si posé et carré, voilà de l’inattendu comme je l’aime. Je reviendrai donc dans le coin en quête d’autres bizarreries.

[umap id= »74424″ tp= »6″ size= »t » alignment= »none »]