Si on m’avait dit que j’irai passer un super week-end dans le Jura et plus précisément au-dessus du Val de Travers à la Chaux de Fonds, je ne sais pas si j’aurai signé ! Et quel tort j’aurai eu ! Certes, on se rapproche gentiment de la Suisse Toto mais franchement, agréable, voire très agréable surprise que de découvrir cette ville pas très grande mais au passé lourd d’histoire !

 

Je vous épargne l’essor de l’industrie horlogère et l’incendie qui a ravagé la ville il y a plus de 200 ans (à peu près palpable dans toutes les rues vu le quadrillage en règle de la ville) car l’espace de l’urbanisme horloger le relate super bien en 10 minutes via une projection au sol ! Autre alternative : la tour Espacité qui dénote dans le paysage urbain : haute, ronde, elle vous fera monter non pas au 7ème ciel mais au 14ème étage !!! Vue imprenable sur la ville garantie (préférez le 13ème sans le grillage !).

Accessoirement, ils étaient à l’heure du développement durable bien avant tout le monde car au-dessus de chaque atelier, il y un immeuble et devant un jardin puis la route… Bref, la campagne à la ville ! Quoique la montagne à la ville parait plus approprié d’après ce que j’en ai compris… Amusant aussi de voir les concentrations de fenêtres sous les toits des immeubles car pour travailler, les ouvriers avaient besoin de lumière donc prenaient de la hauteur.

 

Comme le tout a été quasiment rénové de partout, c’est vraiment sympa de se balader d’une rue à l’autre, de voir les façades colorées, de tenter sa chance dans les entrées d’immeuble et de découvrir des petits jardins aménagés.

 

Non, ce qui m’a plu, c’est qu’au-delà du côté linéaire et du passé industriel, au détour d’une porte d’immeuble ou d’une rue banale, on découvre des petites merveilles architecturales Art nouveau (Ah, l’ancien manège !!!).

On se fait surprendre par des ateliers d’artistes un peu loufoque : merci à Plonk & Replonk pour leur univers décalé, sarcastique et forcément très drôle! Depuis, j’ai un regain d’intérêt pour les cartes postales aux visuels détournés, les nains de jardin et leurs actions cotées en Bourse!

 

La curiosité au taquet, me suis posée dans des petits endroits décalés (L’entre deux, L’impromptu…) ou charmants comme la Belle affaire : une chocolaterie – épicerie – déco et vêtements, vous m’en direz tant ! Tenu par 2 sœurs passionnées et passionnantes, vous ne pouvez rater cet endroit au charme rétro. Bref, l’escale obligatoire pour le thé ou du shopping régressif! Dans le même esprit mais en moins convivial, le Temps des Framboises vous plaira aussi.

  

On se promène à côté de salle de spectacles à l’italienne comme on n’en trouve quasiment plus en Suisse, de mobilier urbain pour chiens ( rouge : niet pour les toutous dans les parcs, vert : Médor peut s’éclater), des escaliers pour chat, des panneaux « ATTENTION AVALANCHES » en plein centre-ville et je passe les œuvres de Le Corbusier ! La Villa turque, magnifique, tellement contemporaine et totalement différente de l’immeuble La Clarté à Genève.

Quand j’ai appris qu’en plus, la ville était une immense zone bleue sans parcmètre, là, je suis sure que je vais faire envie à plus d’un genevois !!! Et je ne parle même pas des loyers à 1500 CHF pour un 8 pièces.

 

Mais le clou a été la visite du Train fantôme ! N’y emmenez pas vos enfants, ils risqueraient d’être marqué à vie mais par contre, embarquez vos potes pour un moment déjanté dans l’univers de Alain Margot ! Cinéaste, photographe, il a fait d’un bout de maison en ville, un endroit à l’image de son imagination : débordante ! Ça croule sous les bibelots, miroirs, mannequins sanguinolents, animaux empaillés, objets chinés et détournés… Moi qui aime bien les sens, j’étais servie ! Vous dire que j’ai adoré ce moment hors du temps et de toute logique, cet endroit avec une esthétique particulière, y découvrir une espèce de Pachinko local, le tout ouvert uniquement les vendredi 13 et les jours d’Halloween ou quand Alain en a envie, est peu dire !!! Bref, du totalement inattendu génial !

Forcément en 2 jours, petite frustration il y a eu car je n’ai pas pu tout faire ! Me suis retrouvée devant :
– la Locomotive fermée (des ateliers d’artistes au milieu de la voie ferrée),
– le crématoire fermé (parait qu’il y a une fresque Art nouveau à ne pas rater),
– la ferme des Brandt fermée (là, c’était pour le repos de la blogueuse car apparemment, l’endroit est idéal pour gouter à la gastronomie locale et voir une vraie ferme du coin!),
– la grande synagogue inaccessible…
– et la Plage des Six Pompes ratée à 4 jours près! De ce qu’on m’en a dit, un super festival des arts de la rue entre spectacles et concerts, en plein air et en centre ville!

  

Pas eu le temps non plus de réserver un spectacle ou sa table à l’ABC, ni d’aller boire un verre pendant un concert au BIKINI ou dans la cave à jazz du Café de Paris… et encore moins de rassembler une somme rondelette pour me payer une magnifique montre de chez Hautlence, épurée et qui, j’en suis sure, aurait été parfaite à mon poignet!

Quant à mon dernier tuyau : réservez une chambre à l’Hôtel du 1er Mars! Primo c’est en plein centre ville (pour autant qu’il y en ait un!), au calme car donnant sur un square et donc ayant une terrasse et surtout, demander les nouvelles chambres 17 ou 18 qui vous blufferont par leur côté design et épuré : la baignoire au milieu de la chambre, la douche hammam… vous feront adorer  l’endroit !

Inattendu je vous dis la Chaux-de-Fonds!!!